La Cabane de Lautrec

Location saisonnière à Claouey

Tarifs

A la semaine

Avril à juin + septembre : 500 €

Juillet / août : 1000 €

Octobre à mars : 400 €

A la nuit

(sauf juillet et août)

Octobre à mars : 68 €/nuit

Avril à juin + septembre : 85 €/nuit

Possibilité draps, serviettes... 50 €

Taxe de séjour

1,30 € par nuit et par personne à partir de 18 ans

Site créé par
Site créé par
Presqu'île and Co.

Une histoire de famille

Au commencement Les Gardères…

mamie

Mon arrière-grand-mère avec ma mère et mon oncle à Claouey.

A Claouey, l’histoire de La Cabane de Lautrec est intrinsèquement une affaire de famille.

Le mieux est de présenter les protagonistes depuis leur arrivée ! Mon arrière-grand mère habitait de l’autre côté, à Arcachon. Sur la photo, elle est avec ma mère (Monique Baret-Bouscarrut née Gardères) et mon oncle (Raymond Gardères).

maturin

Mathurin, pêcheur à Arcachon.

 

Voici la photo de mon arrière-grand-père. Un pêcheur du Bassin, à Arcachon.

Comme disait mon arrière-grand-mère : « Fais comme Mathurin, ne t’occupe de rien ». Apparemment, à part la pêche, il n’avait pas beaucoup de préoccupations..!

 

 

La Cabane de Lautrec : trois générations à Claouey

Construction de la Cabane de Lautrec, Claouey

Lors de la construction de la Cabane de Lautrec, à Claouey, dans les années 60.

 

C’est au cours des années 60, à Claouey, que la future Cabane de Lautrec a été construite. Ses artisans ? Les grands-pères maternel et paternel ainsi que le père de Patrice, aujourd’hui propriétaire des lieux.

A l’époque, Patrice n’est pas encore né et ce projet vise à offrir à ses jeunes parents un espace où résider lors des visites familiales à Claouey.

Du bois à foison et beaucoup d’huile de coude feront le reste !

La cabane bénéficie alors d’une chambre, d’une cuisine et d’un salon. La salle de bain, elle, sera construite une vingtaine d’années plus tard.

 

De nouveaux travaux en 2015 pour plus de confort

50 ans après sa construction, en 2015, de nouveaux travaux ont été menés par Patrice, afin d’offrir davantage de confort et de fonctionnalité. Avec notamment la réfection de la toiture, l’isolation des murs et la pose de doubles vitrages qui permettent de conserver la chaleur l’hiver et la fraîcheur lors des périodes de canicule. Une grande baie vitrée a également remplacé une ancienne fenêtre. Et un bardage en bois naturel, dans le style de ceux qui garnissent les cabanes ostréicoles, remplace l’ancien bardage… en acajou !

Ne lui manquait plus qu’un nom. Ce sera « La Cabane de Lautrec », en référence à l’avenue Toulouse-Lautrec où elle se situe. Et en clin d’œil au peintre qui aimait tant naviguer sur le Bassin d’Arcachon.